Combien de séances comprend une thérapie comportementale ?

En général, deux séances suffisent pour donner au maître les « outils » nécessaires pour régler les problèmes comportementaux. Dans certains cas de troubles majeurs, il faut compter une à deux séances supplémentaires et / ou un suivi à plus long terme pour bien apprécier l’évolution du cas.

Quel type de troubles du comportement traitez-vous ?

Anxiété, agressivité, prédation, hyperactivité… soit la grande majorité des problèmes de comportement, pour autant qu’ils ne soient pas liés à un problème de santé. Dans ce cas, il sera nécessaire de soigner le chien chez son vétérinaire avant d’entreprendre une thérapie.

Comment est-il possible que certains comportementalistes garantissent des résultats immédiats ?

Il existe deux réponses à cette question. Soit le problème est bénin et le trouble résolu en un rendez-vous, soit est utilisé comme outil principal ; la punition.

Dans ce deuxième cas, il faut faire très attention à ce genre de pratique car, effectivement, la punition donne des résultats immédiats en inhibant totalement l’animal. Par peur, le chien arrête de grogner, reste au pied, ou arrête de sauter sur les gens. Mais attention, car cela n’est que ce que l’on VOIT ! Intérieurement, sur le plan émotif, l’animal ne va pas mieux. Voire il vient de vivre un traumatisme supplémentaire qui risque de s’accentuer fortement à moyen/long terme.Dans le premier exemple, le chien ne grogne plus mais risque de se mettre à mordre !

Si nécessité de punir il y a, elle doit être utilisée avec GRANDE prudence et avec une bonne réflexion préalable, car les effets secondaires peuvent être pire que ceux pour lesquels vous avez consulté. De plus, la punition inhibe l’animal mais ne lui montre pas le comportement désiré. De ce fait, une punition ne doit jamais être utilisée seule. Une alternative doit être apportée par un renforcement positif.

Est-il possible de « récupérer » un chien de refuge si on ne connaît pas le passé de celui-ci ?

Oui, ceci est possible. Evidemment il sera plus difficile d’établir la cause d’un trouble, mais cela n’empêche nullement d’établir un protocole avec des exercices qui amélioreront le comportement du chien.